María Estrella de la Mañana | YOM KIPUR
817
page-template-default,page,page-id-817,page-child,parent-pageid-813,ajax_leftright,page_not_loaded,boxed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

 

Yom Kippour est la commémoration juive du Jour de l’Expiation, du pardon et du repentir du cœur ou d’une repentance sincère. C’est un des Yamim Noraim (en hébreu, « les jours de la crainte »). Les Yamim Noraim comprennent Rosh Hashaná (Nouvel An), les dix jours de repentance et culminent en Yom Kipour. Dans le calendrier juif Yom Kipour commence le soir du neuvième jour du mois de Tishrei et se poursuit jusqu’au lendemain soir.

C’est le jour juif du repentir, considéré comme le jour le plus saint et le plus solennel de l’année. Son thème central est l’expiation et la réconciliation. Le jeûne commence la veille au soir et se termine le lendemain soir. Les services de prière de Yom Kippur commencent avec la prière connue comme le « Kol Nidré », qui doit être récitée avant le coucher du soleil. Le Kol Nidré (en araméen « tous les vœux ») est une abrogation publique des vœux religieux faits par les juifs pendant l’année précédente. Ceci concerne seulement les vœux inaccomplis faits entre une personne et Dieu et n’annule pas les vœux faits entre personnes.

On met un talith (manteau de prière quadrangulaire) pour les prières de l’après midi ; c’est le seul service de l’après-midi de l’année dans lequel on fait ceci. Le culte de Ne’ilah est un culte spécial que l’on célèbre seulement le jour de Yom Kipour et qui marque la clôture des fêtes. Yom Kippour culmine au son du chofar qui marque la fin du jeûne. On l’observe toujours comme une journée festive, aussi bien en Israël qu’en dehors d’Israël. Bien au contraire de ce que l’on croit Yom Kippour n’est pas un jour triste. Les juifs séfardis (les juifs d’origine espagnole, portugaise et nord-africaine) parlent de ces fêtes comme «le jeûne blanc».